L’incubateur des songes

Une idée sans exécution est un songe
J’ai beaucoup d’idées, mais une idée ne vaut que si elle est pas réalisée. Alors lorsque me vient une idée que je ne peux pas immédiatement réaliser, je la consigne dans un fichier intitulé « un jour, peut être.txt« . Régulièrement, je constate que peu, voir aucune idée qui y est listée n’a été réalisée depuis la dernière fois que je l’ai vue. Parce que la vraie vie, parce que le travail, parce que la fatigue. Parce que. Et ça m’énerve, et ça me lasse.

Ce midi j’ai déjeuné avec Martin, un ami de l’Université, et avec nostalgie, je me remémorait les années d’or où les projets associatifs pleuvaient par dizaine et avançaient au gré du semestre de la création à la réalisation.

Martin me fit cependant remarquer deux choses : – on idéalise le temps de l’Université: en comparaison du temps que l’on y a passé; on a accompli bien moins que ce dont on se souvient. – on est peu objectif du temps présent : en comparaison du temps que l’on y passe; on réalise beaucoup plus que ce que l’on pense.

Ces deux effets me rappellent un adage en rapport avec les réseaux sociaux qui dit : « ne compare pas ton toi réel avec les autres numériques ». (aparté : sur les réseaux sociaux, chacun publie une version édulcorée de sa vie, mais lorsque l’on consulte le profil des autres, on compare sa vie authentique et réelle à une version édulcorée de la vie des autres, comparaison qui génère stress et anxiété)

D’une certaine manière, cela vaut également pour notre envie d’avancer et de s’accomplir. Contrairement aux réseaux sociaux dont les plus ascètes se privent totalement, cette envie d’avancer gagnerait à être mis en face de la réalité: toutes ces idées que l’on aimerait avoir fait ne sont pas celles que l’on aimerait faire aujourd’hui. Parce que la vraie vie, parce que le travail, parce que la fatigue. Parce que.

De cette discussion, je tire donc deux actions. La première est de continuer à écrire. En particulier pour ces idées qui ne peuvent pas être réalisées aujourd’hui, écrire permettra de clarifier et préciser. Ce sera un moyen d’éviter d’y réfléchir en continu, et cela intéressera (voir inspirera !) peut être quelqu’un-une, ou mon moi du futur.

La seconde s’inspire d’une discussion avec ma chère sœur. Suivant les conseils qu’elle avait lus dans un livre, elle m’invitait chaque soir à faire le point sur ma journée, et me forcer à lui **trouver 3 moments agréables qui se sont déroulés dans cette journée. **J’ai donc installé une application « Habitude » sur mon téléphone qui me rappelle chaque soir de repenser à la journée passée.

À la longue, je verrai bien si cela suffit. Le fait que ces perspectives soient actionnables me fait déjà beaucoup de bien. C’est déjà ça. 🙂

Edit : l’article a maintenant le titre plus positif « incubateur des songes » plutôt que « deuil des songes »
Edit2: ajout d’une image mise en avant cypherone IMG_8818.jpg

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To create code blocks or other preformatted text, indent by four spaces:

    This will be displayed in a monospaced font. The first four 
    spaces will be stripped off, but all other whitespace
    will be preserved.
    
    Markdown is turned off in code blocks:
     [This is not a link](http://example.com)

To create not a block, but an inline code span, use backticks:

Here is some inline `code`.

For more help see http://daringfireball.net/projects/markdown/syntax